Interoperable

Le principe Interoperable (Interopérable) peut se décomposer en : téléchargeable, utilisable, intelligible, et combinable avec d'autres données, par des humains et des machines.

Caractéristiques des données interopérables

  • I1 - Les données et les métadonnées utilisent un langage formel, accessible, partagé et largement applicable pour la représentation des connaissances.
  • I2 - Les données et les métadonnées utilisent des vocabulaires qui respectent les principes FAIR.
  • I3 - Les données et les métadonnées incluent des liens vers d’autres (méta)données.

Recommandations pour mettre en œuvre le principe Interoperable

Une implémentation courante de ce principe consiste à utiliser les technologies du Web sémantique (RDF, OWL, SKOS) pour représenter et lier les données et les métadonnées. Cependant, les principes FAIR ne sont pas liés à ces technologies, et d’autres approches existent. Par exemple, dans le cas d’un partage de données tabulaires, l’implémentation de ce principe peut consister à :

  • mettre les données dans un entrepôt qui permet leur identification unique et pérenne par un DOI et leur téléchargement par les humains et les machines ;
  • utiliser un format ouvert et indépendant (exemple CSV plutôt que Excel), et suivre les bonnes pratiques pour la publication de fichiers tabulés (exemple : une information unique par cellule), voir www.w3.org/TR/2016/NOTE-tabular-data-primer-20160225/ ;
  • contextualiser les données : indiquer les liens vers d’autres données (versions antérieures ou plus récentes, données complémentaires, etc.), et les liens vers des publications (articles citant les données, data papers) ;
  • augmenter leur capacité à être combinées avec d’autres données en utilisant un vocabulaire standard pour nommer les colonnes du fichier (exemple : utiliser la Crop Ontology pour nommer les colonnes si elles correspondent à des noms de traits), et des vocabulaires contrôlés (exemple : ontologie INSEE pour des noms de commune).

Questions à se poser lors de la rédaction d’un plan de gestion de données (PGD)

  • Les données peuvent-elles être échangées et utilisées avec d'autres chercheurs, organismes, pays, etc. ? Sont-elles conformes aux formats standards, compatibles avec les logiciels ouverts, combinables avec des données provenant de différentes autres sources ?
  • Quels méthodologies et standards de données et de métadonnées utilisez-vous pour rendre les données interopérables ?
  • Utilisez-vous des vocabulaires standards pour tous les types de données présents dans le jeu de données afin de permettre une interopérabilité interdisciplinaire ?
  • Dans le cas où vous devez utiliser des ontologies ou des vocabulaires non standards, prévoyez-vous de faire des liens (mapping) vers des ontologies ou des vocabulaires communs ?