Enjeux, risques et bénéfices de la reproductibilité

L’enjeu est bien ici de donner la possibilité à quiconque de reproduire l’expérience qui a été faite, soit dans les même conditions soit dans des conditions comparables.

C’est un jeu gagnant-gagnant comme l’explique Vandewalle et al. (2009) « qui nous donnera du temps pour inventer de nouvelles choses plutôt que de recréer celles qui existent déjà ». On pourrait alors considérer comme Huschka (2013) que « seuls des résultats reproductibles sont des résultats scientifiques ».

Cela passe par la mise à disposition de l’ensemble des sources. Sachant que la reproductibilité parfaite peut parfois ne pas être atteignable, non pas par négligence, mais car il y a des savoirs tacites que l'expérimentateur ne sait pas ou ne peut pas expliciter dans la réussite de son expérience . Parfois même, l'objet d'étude ne permet pas la reproductibilité (phénomène climatique rare, événement historique) ainsi, certains domaines de recherche semblent exclus de la problématique de reproductibilité comme le souligne Granger (2020). Dans ces cas, ce sont davantage les enjeux de transparence qui prédominent (Janz 2018) et qui renvoie au fait de rendre accessibles à son lectorat les éléments sur lesquels s'est construit le raisonnement. La notion de traçabilité occupe alors une place centrale sans mettre l’accent sur le fait d'aboutir aux mêmes conclusions.

La reproductibilité est une condition nécessaire pour faire une recherche de qualité, mais elle ne garantit pas sa qualité, seulement sa transparence. Toutefois, on peut considérer que la transparence d’une recherche contribue à améliorer sa qualité.

Pourquoi être reproductible dans ses travaux de recherche ?

Le premier bénéficiaire est souvent soi-même, puisque cela peut permettre :

  • de travailler plus efficacement dans la durée ;
  • de renouveler facilement sa propre expérience avec une nouvelle hypothèse/paramètre ;
  • de corriger ses propres erreurs involontaires.

Le bénéfice est aussi pour les autres et la communauté scientifique, car être reproductible permet :

  • d’être compris plus facilement par ses collègues ;
  • de soumettre les résultats à la validation des pairs ;
  • de prolonger les résultats.

A chaque étape du cycle de vie du projet de recherche les pratiques adoptées peuvent être une cause de non reproductibilité. Les leviers d’action sont multiples et peuvent concerner : la collecte et la gestion des données, le code et sa robustesse, les environnements logiciels, les sauvegardes, les versions et les archives, les licences.

La reproductibilité demande de préserver l’information nécessaire (articles et références utilisés, données et codes) et de conserver de manière persistante les relations entre eux (identifiants numériques, DOI, PID).