Entretien avec Isabelle Louveau, la nouvelle rédactrice en chef de la revue animal

La revue animal est l’une des revues phares dans le domaine des sciences animales appliquées au animaux de ferme ou d’élevage à l’échelle internationale. Publiée par Elsevier depuis janvier 2021 et copropriété d’INRAE, elle a récemment fait sa transition vers l’Open Access intégral par la voie dorée (gratuit pour le lecteur et payant pour l’auteur). Des évolutions concernant son périmètre thématique sont en cours. Isabelle Louveau, la nouvelle rédactrice en chef de la revue depuis janvier 2024, nous en dit un peu plus sur ces sujets.

Isabelle Louveau

Rédactrice en chef de la revue animal

INRAE, UMR PEGASE

Après une période de transition, fin 2019, la revue animal a adopté l'Open Access intégral en 2020. Quelles conséquences de ce changement de mode de financement avez-vous constatées entre 2020 et 2024 ?

On constate d'abord un changement de profil géographique dans l'ensemble des auteurs soumettant. Certains pays, qui n'ont pas les moyens de payer des frais de publication, ne soumettent plus. La revue animal est membre du partenariat Research4Life, qui accorde des remises pour publier à des équipes de chercheurs de pays à faibles revenus. Nous pouvons aussi offrir un nombre limité d'exonérations. Malgré ces deux dispositifs, nous avons perdu des soumissions provenant de ces pays.

Le facteur d'impact d'animal n'a pas baissé au passage à l'open access intégral. Au contraire, il a augmenté et est passé au-dessus du seuil de 3 en 2021. Ce seuil étant une exigence de certaines institutions de recherche, des auteurs qui jusque-là ne soumettaient pas se sont mis à nous envoyer des articles. Plus récemment, Clarivate a changé ses méthodes de calcul des facteurs d'impact. Cela a eu pour effet une amélioration du classement d'animal parmi les revues des mêmes catégories. 

Globalement, le passage à l'Open Access a tout de même causé une baisse de 30 à 40 % du nombre total de soumissions. Nous commençons à voir récemment (depuis l'été 2023) une légère ré-augmentation du nombre d'articles soumis.

Quant à la qualité des soumissions : elle s'est étirée vers les extrêmes. Nous recevons significativement plus d'articles hors-sujet ou de qualité sous-standard. Toutefois, nous recevons également plus d'articles d'excellente qualité. La qualité moyenne des articles acceptables et acceptés a nettement augmenté.

Pouvez-vous nous en dire plus sur l'élargissement du périmètre de la revue aux insectes, qui sera effectif en 2024 ?

La décision d'ouvrir le périmètre d'animal aux insectes émane du conseil d’administration de la revue. Elle correspond à une volonté de s'adapter au développement de nouvelles filières d’élevage, rendu manifeste par le nombre croissant de communications concernant ou incluant la production d’insectes soumis au congrès annuel de l'EAAP (The European Federation of Animal Science).

Le périmètre de la revue a été adapté pour inclure les insectes. Toutefois, comme pour les autres animaux :

  • c'est l'aspect production d'insectes et les facteurs d’élevage qui intéressent la revue ;
  • les réponses animales doivent être incluses, en particulier à l'échelle de l'animal entier.

Cette nouvelle section sera interdisciplinaire et transversale. Contrairement aux autres sections qui sont regroupées par disciplines, elle concernera tous les aspects de la production d'insectes. La responsable de cette nouvelle section, ainsi que son adjoint et quelques premiers éditeurs, ont déjà été recrutés. Les soumissions d'articles concernant la production d'insectes sont dès à présent les bienvenues !

Quelle est la politique éditoriale en matière d'évaluation de la qualité des articles ?

L'évaluation de la qualité de l'écriture est bien évidemment multicritère. Elle comprend des éléments relatifs à :

  • la compréhension du contenu, avec notamment :
    • la qualité du contenu scientifique, c'est-à-dire la qualité de l'expression des idées et concepts scientifiques ;
    • la qualité de la langue anglaise utilisée et sa lisibilité ;
  • la publication responsable et l’éthique, avec par exemple la détection de similitudes, la veille du respect des règles internationales d’autorat, de la déclaration CRediT de la contribution des auteurs, et de la déclaration d’utilisation de l’intelligence artificielle pour la rédaction ;
  • La qualité scientifique et la reproductibilité de la recherche.

Tout récemment, nous avons décidé de relever le niveau d'exigence en matière de statistiques dans les articles, afin de garantir une meilleure compréhension par le lecteur des études et de leur mode d’analyse. Nous publierons très prochainement un guide de statistiques à destination des auteurs, relecteurs et éditeurs, afin de formaliser ces exigences et d'accompagner les auteurs dans la production de statistiques robustes et reproductibles. 


Isabelle Louveau, le parcours qui l'a menée à animal 

1991 : Doctorat en sciences biologiques, Université de Rennes 1 (séjour de 18 mois dans un laboratoire de Pennsylvania State University, State College, États-Unis).
1992 : recrutement comme chargée de recherche à l'INRA.
2006 : Habilitation à diriger des recherches.
2005-2007 : Éditrice au sein du comité éditorial de Domestic Animal Endocrinology.
2015–2019 : Éditrice de la section « Physiology » au sein du comité éditorial de Livestock Science.
Depuis 2015 : Éditrice au sein du comité d’organisation des Journées de la Recherche Porcine.
2017–2022 : Vice-présidente de la commission « Animal Physiology » d'EAAP (2 mandats).
2020-2023 : Éditrice puis responsable adjointe de la section « Physiology & Functional Biology » au sein du comité éditorial d'animal.
À partir de 2024 : rédactrice en chef d'animal.


 

À qui appartient la revue Animal ?

La revue animal fait partie d’une famille de revues (animal, animal – science proceedings, animal – open space) et appartient à un consortium international de deux sociétés savantes et un institut de recherche : British Society of Animal science, European Federation of Animal Science et INRAE. 

Toutes les décisions concernant la revue sont prises par le consortium. La revue est totalement indépendante en matière de politique éditoriale et de stratégie. Elle reçoit des royalties (environ 45 % des revenus pour chaque article publié) qui sont réparties entre les membres du consortium. Ces fonds sont utilisés pour le financement de conférences, d’actions de recherches ciblées, etc. 

Pour en savoir plus

En savoir plus sur les trois revues du Consortium animal

animal

animal publie en accès libre les meilleures données scientifiques, innovantes et de pointe, relatives aux animaux utilisés pour la production animale, et qui sont pertinentes…

animal - open space

animal - open space a un périmètre thématique qui s’étend des animaux d'élevage ou autres animaux gérés aux animaux de loisir et de compagnie et à l’utilisation d'insectes pour…

animal - science proceedings

animal - science proceedings publie en accès libre des actes de conférences, de symposiums et d'ateliers dans le domaine des sciences de la vie appliquées aux animaux d…